L’étude porte sur les lois et les recherches en matière de VSBG. Elle a pour objectif principal de contribuer par le biais du plaidoyer, à la mise en place d’une législation plus efficace en matière de protection des droits des femmes et de répression des VSBG. L’étude est subdivisée en trois grandes parties et se termine par une conclusion et quelques recommandations. La partie introductive trace le contexte de l’étude, ses objectifs, les résultats attendus ainsi que la méthodologie adoptée pour sa réalisation. Le premier chapitre est consacré à l’état de la recherche en matière des VSBG. Les études disponibles peuvent être regroupées en trois grandes catégories à savoir les études portant sur l’état des lieux, causes et conséquences des VSBG, les études relatives à l’aspect juridique des VSBG et enfin les études portant sur des propositions pour une meilleure appréhension de ce phénomène. Le constat dégagé est que la recherche s’est penchée sur le phénomène des VSBG focalisant principalement sur la typologie, ses causes et conséquences. Bien qu’abordant la question de l’ampleur des VSBG, il est fortement déploré le manque de statistiques fiables surtout pour la période d’avant le conflit de 1993. Le besoin d’un système harmonisé de collecte des données et de suivi des VSBG est mis en évidence. Les études mettent en exergue les principaux obstacles à la dénonciation des VSBG : la culture, le tabou qui entoure la sexualité, la victimisation des victimes, la lenteur de la justice, la quasi-absence d’indemnisation. Pour lire la totalité de l’étude cliquez l’image ci-dessous